Bloody Mary  -   Emmanuelle Cart-Tanneur Info

 

C’est le François qui a eu l’idée – moi, je ne savais même pas que c’était possible : transformer la vieille grange en "gîte de vacances" pour la louer. L’André lui avait raconté comme ça lui avait rapporté, et puis on avait besoin d’argent pour la mère, parce que sa retraite, ça ne suffirait plus longtemps pour la garder au village et on ne voulait pas la mettre à l’asile de vieux à la ville.

Il avait l’air sûr de son coup, le François ; moi, je suis resté au pays mais lui est en ville, et il sait mieux que moi comment on fait des affaires, et puis bon, j’ai toujours eu confiance en ce qu’il décidait, déjà gamins c’est lui qui avait les bonnes idées et moi qui suivais ; alors je ne lui ai pas dit que je n’avais pas du tout envie d’avoir des étrangers chez moi, et que l’argent, on pouvait en trouver autrement – en réalité, je ne voyais pas bien comment, mais cette solution-là, c’est la dernière que j’aurais choisie.

On a fait faire les travaux, et le gîte a été prêt au début de l’été.

— T’es prêt ? il m’a dit un matin. Parce que ça y est, c’est loué tout le mois, les premiers arrivent dans deux semaines.
Il avait l’air d’un gosse qui a réussi son certificat ; moi, j’ai trop rien dit. Je l’ai laissé m’expliquer que c’est lui qui s’occuperait des papiers et de l’argent, et que moi, je n’aurais qu’à leur montrer le gîte quand ils arriveraient, et répondre aux questions s’ils en avaient. Plus il parlait, moins j’avais envie que ça arrive, mais le François, soit il a rien vu, soit il a fait comme si. J’ai dit oui à tout, et je suis parti avec le chien ; on a marché jusqu’au soir ; je n’avais plus envie de rentrer dans ce qui n’était déjà plus vraiment chez moi.

Ils sont arrivés samedi dernier. Ils étaient sept. Trois jeunes gars et quatre filles, des citadins, je l’ai vu tout de suite à leurs manières, mais à part ça, je me suis dit que je n’aurais sans doute pas eu grand’chose à leur reprocher. Une des filles m’a souri, gentiment, je n’ai pas répondu – je n’ai pas l’habitude de ça. Mais je me rappelle qu’elle était la plus jolie des quatre.

note : Pour recevoir le livre contenant cette nouvelle vous pouvez télécharger le bon de commande en cliquant ici ou cliquer sur "commander" en bas de ce texte pour un paiement en ligne.

Previous Page Next Page
 

C’est le François qui a eu l’idée – moi, je ne savais même pas que c’était possible : transformer la vieille grange en "gîte de vacances" pour la louer. L’André lui avait raconté comme ça lui avait rapporté, et puis on avait besoin d’argent pour la mère, parce que sa retraite, ça ne suffirait plus longtemps pour la garder au village et on ne voulait pas la mettre à l’asile de vieux à la ville.

Il avait l’air sûr de son coup, le François ; moi, je suis resté au pays mais lui est en ville, et il sait mieux que moi comment on fait des affaires, et puis bon, j’ai toujours eu confiance en ce qu’il décidait, déjà gamins c’est lui qui avait les bonnes idées et moi qui suivais ; alors je ne lui ai pas dit que je n’avais pas du tout envie d’avoir des étrangers chez moi, et que l’argent, on pouvait en trouver autrement – en réalité, je ne voyais pas bien comment, mais cette solution-là, c’est la dernière que j’aurais choisie.

On a fait faire les travaux, et le gîte a été prêt au début de l’été.

— T’es prêt ? il m’a dit un matin. Parce que ça y est, c’est loué tout le mois, les premiers arrivent dans deux semaines.
Il avait l’air d’un gosse qui a réussi son certificat ; moi, j’ai trop rien dit. Je l’ai laissé m’expliquer que c’est lui qui s’occuperait des papiers et de l’argent, et que moi, je n’aurais qu’à leur montrer le gîte quand ils arriveraient, et répondre aux questions s’ils en avaient. Plus il parlait, moins j’avais envie que ça arrive, mais le François, soit il a rien vu, soit il a fait comme si. J’ai dit oui à tout, et je suis parti avec le chien ; on a marché jusqu’au soir ; je n’avais plus envie de rentrer dans ce qui n’était déjà plus vraiment chez moi.

Ils sont arrivés samedi dernier. Ils étaient sept. Trois jeunes gars et quatre filles, des citadins, je l’ai vu tout de suite à leurs manières, mais à part ça, je me suis dit que je n’aurais sans doute pas eu grand’chose à leur reprocher. Une des filles m’a souri, gentiment, je n’ai pas répondu – je n’ai pas l’habitude de ça. Mais je me rappelle qu’elle était la plus jolie des quatre.

note : Pour recevoir le livre contenant cette nouvelle vous pouvez télécharger le bon de commande en cliquant ici ou cliquer sur "commander" en bas de ce texte pour un paiement en ligne.

page précédente
sur 3
Page suivante
Next
Next